dimanche 18 février 2007

FRANÇAIS D'ALGÉRIE DE DUNKERQUE À TAMANRASSET.



N'hésitez pas à cliquer sur les liens pour avoir une un meilleur point de vue.




Tous les français métropolitains devraient le savoir, puisque l’Algérie fait partie de l’histoire de France, que ce pays a été conquis par la France en 1830. Les pieds noirs nés entre 1830 et 1962 étaient des descendants d’immigrés, venus pour la plupart de France mais également d’Espagne, d’Italie, de Maltes etc. pour différentes raisons. La majorité des pieds noirs ont quitté l’Algérie en 1962. Année de l’indépendance de ce pays. Certains sont partis avant, d’autres un peu plus tard. Une minorité a décidé de rester.

L’insurrection a débuté le 1er novembre 1954 appelée aussi (La toussaint rouge)
À mon avis, même si l’indépendance de l’Algérie était inévitable, elle aurait pu se passer autrement.

Je crois que tous les acteurs, des deux côtés de ce drame, ont été les victimes de l’histoire de mensonges et d’intérêts politiques. Toutes ces horreurs ont été le fruit d’un engrenage sans fin. Pourquoi d’autre pays colonisés ont recouvré leur autonomie sans atrocités ? On est en droit de se poser la question. L’OAS s’en est pris à toute la population algérienne, commettant des massacres. Le FLN n’a guère fait mieux, il a torturé, violé, tué des français, mais également des arabes qui ne souhaitant pas coopérer. Pourquoi ? Était-ce pour les libérer ou pour atteindre le pouvoir ? Quant aux militaires français, ils n’étaient pas tous des saints, ayant eu l’occasion de converser avec des membres de ma famille, sous-officiers et hauts gradés qui avaient accès aux coulisses de l’armée, j’ai beaucoup appris. Il aurait été préférable de faire appel à l’intelligence pour régler les conflits. En ce qui concerne l’Algérie on a choisi la force dégénérée et la torture.

Il ne faut pas oublier le sort réservé aux harkis, ils étaient arabes et se sont battus pour la France contre la rébellion. Ils ont été abandonnés et massacrés quelques jours après l’indépendance. Pourtant des ordres avaient été donnés pour que les harkis soient rapatriés. Certains, une minorité l’ont été officiellement, d’autres ont dû partir clandestinement. Arrivés sur le sol français, on les a parqués, tels des animaux dans des camps, n’ayant même pas le droit d’accéder librement au territoire français. À ce jour les harkis, les enfants et petits enfants de harkis n’ont pas encore eu droit à une reconnaissance à part entière de la France. Ils se sont battus pour une histoire à laquelle ils ont tout sacrifié.

En résumé, moralité de ce tragique drame : 1,5 millions de morts des deux côtés. Des «Pieds noirs» Éclatés un peu partout, des harkis en perte d’identité, une Algérie qui souffre encore cruellement par la faute de ceux qui leur ont fait croire qu’ils se battaient pour leur dignité.

Il est peut-être temps de tourner la page. Il est cependant difficile d’oublier.

Je n’étais qu’une petite fille lorsque j’ai quitté l’Algérie. Je ne referai pas l’histoire. Je m’arrêterai là. Je vous laisse le mot de la fin.

10 commentaires:

brac a dit…

Merci pour cette très bonne explication. Il est regrettable que l'Algérie conserve encore les séquelles de cette période et qu'aujourd'hui les Français ne soient plus les bienvenus, à la différence d'autres pays anciennement colonisés.

Anonyme a dit…

Ce n'est pas tout à fait juste Brac, pour le savoir de source sûre. Les français "pied noirs" sont les bienvenus pour bon nombre d'algériens. Mais il est vrai que pour une partie de ceux-ci, les extrémistes, les intégristes (qui sont à mon avis une plaie dans chaque religion, et cela n'engage que moi) nous sommes les "diables d'incroyants" qu'il faut chasser de n'importe quelle façon, même la plus radicale. Ce sont les plus actifs, comme souvent pour les minorités, et notre visite ne peut se faire que "sous protection" de l'autorité algérienne. Quoiqu'il en soit, personnellement j'attendrai encore un peu pour m'y rendre, que cela se soit un peu plus normalisé, si cela peut se faire un jour et sans attendre que je sois trop vieux pour voyager mais je pense que je le ferai,
Le Colombo français à la retraite

Appelez moi Do a dit…

Il existe hélas toujours en Algérie un terrorisme qui tue, des attentats commis par des intégristes. (Des intégristes qui manipulent également le monde)

Les algériens évoluent dans la crainte et l’insécurité. Quant aux femmes, aux fillettes, elles vivent l’infériorité, la dégradation et la domination masculine. La montée de l’intégrisme a entraîné l’escalade de la misère, du chômage, du mal de vivre et de la férocité en Algérie, mais également dans d’autres pays arabes. On tue au nom d’Allah, on massacre au nom d’Allah, on viole au nom d’Allah.

Extrait du Coran : Islam, religion de justice, de bonté, de pardon, de paix et de miséricorde.

Il semblerait qu’on s’en soit beaucoup éloigné dans ces pays.
-------------------------------------------------



Je voudrais tout de même insister sur un sujet que je n’ai pas, à mon goût, assez mis en évidence dans mon article.

À savoir que tous les Pieds Noirs n’étaient pas des colons, et tous les militaires n’ont pas été des tortionnaires, de même que du côté des algériens, tous n’étaient pas des terroristes aveugles. Sans doute l’avez-vous deviné ou compris, je tenais cependant à être claire sur ce point.

Conclusion de mon long commentaire :

Beaucoup de français d’Algérie sont retournés «Là bas» En ce qui me concerne, je l’ai écrit, j’espère revoir un jour le pays de mes racines, consciente que je ne vais pas me retrouver devant un tableau de Renoir. Ce sera une sorte de pèlerinage, de recueillement, d’apaisement.

Anonyme a dit…

Bravo Domino pour ce courageux rappel d'histoire... il y a encore beaucoup de passion et de soufrance dans ton discour... les neiges des Laurentides n'ont jamais occulté le souvenir de ta terre natale et c'est tout à ton honneur.Je suis sûr qu'un jour tu retourneras à Maison Carrée. Peut-être seras tu décue ? peut-être pas ...en tout cas il y a deux choses qui ne changeront jamais; la beauté des Bougainvilles et l'odeur de l'oued El Harrach :-)
ESPI

Anonyme a dit…

Les gouvernements algériens qui se sont succédés à la tête du Pays, depuis l'indépendance, ont "bouté dehors l'oppresseur français" pour, en définitive, finir eux mêmes par maintenir le peuple algérien et surtout Kabyle (dont ils veulent interdire l'usage de la langue Kabyle) dans une ignorance, une pauvreté grandissantes et favoriser ainsi les "nantis" du Parti qui se sont partagés la "meilleur part du gâteau". Cela s'est traduit par un nombre grandissant de mécontents, d'insatisfaits et de pauvres qui ont constitué au cours des ans un parfait vivier de jeunes où certains imams intégristes, qui maintenant prônent le "djihad", ont pu trouver leurs volontaires fanatiques qu'ils appellent
"martyrs".
Ajoutez à cela, un gouvernement, maintenant dictatorial, et cela conduit à des actes de terrorisme, des massacres entre gens d'une même nation, d'un même pays, d'une même religion, des actes innomables indignes d'un vingt et unième siècle. Et comme toujours c'est le peuple qui constitue les victimes innocentes de cette escalade de la violence.
Fort heureusement au milieu d'un tel chaos des chefs religieux islamiques osent se dresser contre ce détournement des principes fondamentaux du Coran. Est-ce que cela sera suffisant pour enrayer la montée de l'intégrisme et par voie de conséquence du racisme ? Il faut le souhaiter, l'espérer et y croire.
Je ne signerai pas Colombo mais Méphisto c'est plus approprié

Ludivine Brulon a dit…

Helàs, il est impossible de refaire l'histoire,à moins de la réinventer dans son esprit. Je pense que tu l'as très bien expliqué dans ton article. L'Algérie à vu du sang couler sur son territoire, surtout à cause de deux grands groupes extremistes, L'OAS pour la France et le FLN pour l'Algérie. C'est le principe des guerres, parce qu'il ne faut pas l'oublier, il n'y a pas eu que des ''événements'' en Algérie, il y a eu une guerre bien réelle. Quel dommage, que deux peuples aient le même amour du pays et qu'ils ne puissent pas s'entendre...

Appelez moi Do a dit…

Merci Ludi pour ce commentaire. Hélas, ce ne sont pas les peuples qui sont fautifs de cette mésentente, ce sont les auteurs de cette guerre sanglante, ceux qui ont tiré les ficelles de cette terrible hécatombe qui sont responsables du marasme dans lequel les peuples ont été confrontés. Il semblerait que la tension soit moins forte entre les algériens et français d’Algérie, depuis le retour de certains pieds noirs en terre natale. D’après les reportages télévisés que j’ai vus, c’est avec une grande émotion que «Les frères de terre» se retrouvent. C’est déjà ça !

Anonyme a dit…

Effectivement nous ne pouvons pas refaire l'histoire comme nous ne pouvons pas refaire le Monde, mais l'avenir nous appartient et surtout appartient à ta génération, Ludivine et aux suivantes. Pour ce qui est d'être bien accueilli en Algérie, reste à savoir si ce "les frères de terre qui se retrouvent" ne sont pas uniquement constitués par les personnes de notre génération ou celle de nos parents. Qu'en est-il de la nouvelle génération de l'âge de nos enfants, la même que ceux qui résident en France et dont certains posent des problèmes. Voient-ils d'un bon oeil
ce rapprochement ? j'avoue ne pas être documenté à ce sujet. Car quand les algériens de la génération de nos parents ne sera plus là, comment les enfants réagiront-ils ?
Je ne sais si les documentaires passés à la télévision et que je n'ai pas voulu voir, répondent à ces questions.
Le Colombo français à la retraite.

appelez moi do a dit…

Il est vrai Colombo. Tout à fait d'accord avec toi. Tu fais bien de le notifier comme dirait Djamel Debouz.

Do.

zamith a dit…

Le plus important à l’échelle de l’humanité n’est pas que l’Algérie ait accédé à l’indépendance, mais plutôt COMMENT elle y a accédé.
Fuite de ceux qui l’avaient construite de leurs mains
Abandon de l’enfant émancipé par carence des parents.
Et descente aux enfers de ce peuple que l’on a laissé tombé par manque d’honneur, de respect et d’amitié, autant de choses que NOUS PIEDS-NOIR possédons toujours grâce à l’éducation et l’exemple de nos pères et mères.
Mais à quoi bon ressasser le passé. Heureusement qu’il y a encore des gens qui veulent laisser un témoignage vivant et vrai de ce que fut l’Algérie des P.N. Essaye de vous procurer « L’histoire d’une blessure » film fait avec des témoignages en image (super8) et sur le vif d’anciens. C’est frais, revigorant et sans valorisation de soi-même et avec BEAUCOUP d’AMOUR, ce qui manque à notre monde actuel.
Dieu que l’Algérie serait belle aujourd’hui si le « je vous ai compris » n’avait pas joué la « girouette du vent de l’histoire » et que les habitants de ce pays avaient pris leur destin en main.
Jean-Pierre Zamith